18 novembre 2016

LETTRE A MON RAVISSEUR | UNE VRAIE PERLE


Auteur : Lucy Christopher 
Edition : Gallimard Jeunesse 
Collection : Scripto 
Parution : Septembre 2010 
Pages : 338 p.


Ça s'est passé comme ça. 
J'ai été volée dans un aéroport. 
Enlevée à tout ce que je connaissais, tout ce qui était ma vie.
Parachutée dans le sable et la chaleur. 
Tu me voulais pour longtemps. 
Et tu voulais que je t'aime. 

Ceci est mon histoire. Une histoire de survie. Une lettre de nulle part.

COUP DE COEUR
Un intrigue peu commune avec un protagoniste fort





Une histoire poignante et surprenante, des personnes complexes, un décor si merveilleux bien que j’avais quelques réserves au début mais j’ai été agréablement surprise. Une histoire que ne n’oublierait pas d’aussitôt. Un beau coup de cœur pour cette année 2015. 

Je ne vous en dirais pas plus concernant le synopsis, la quatrième de couverture vous en dit assez sur l’intrigue et garde un peu de mystère, ce qui pourrait convaincre tout curieux de se plonger dans cette histoire. Il faut simplement savoir que le livre se déroule sous forme de lettre (vous vous en doutez certainement). Une seule et unique grande (très grande) lettre adressée à Ty. La façon dont est écrit le roman est donc assez surprenante au début mais ce mode d’écriture nous permet réellement de nous immerger dans la tête de Gemma et de voir son ravisseur à travers ses propres yeux. J’ai adhéré à 100% à cette narration, et même si du coup, le livre ne comporte aucun chapitre, cela ne dérange en rien la lecture, on se retrouve aisément happé par les mots de Gem’. 

Certains pourraient rétorquer que cette histoire à quelques longueurs, car il est vrai que l’action n’est pas forcément au rendez-vous. On se laisse bercer par le bush et les descriptions qu’en fait Gemma : la beauté du soleil du jour qui contraste avec l’extrême froid de la nuit et son ciel étoilé, l’immensité du désert qu’elle peut embrassait d’un simple regard… De belles descriptions qui surpassent de loin le manque d’action. Au final il s’agit pas en réalité d’un manque car c’est une fois le roman clôt que l’on se rend compte de la facilité à laquelle on a était plongé entre les lignes de Lucy Christopher et par ses simples mots. Le paysage est décrit avec poésie, du moins c’est ainsi que Ty perçoit le désert, il a les mots pour rendre cet endroit, si insignifiant au début, en un lieu merveilleux et si mystérieux. Gemma se retrouve prise au piège dans une prison inquiétante mais si magique qu’on en oublie parfois ce qui précède sa venue. Les paysages s’étalent sous nos yeux qu’on jurerait être aux côtés de Gemma. 

Ce qu’on retient principalement de cette histoire c’est avant la psychologie des personnes. Les deux protagonistes sont forts et complexes. Principalement Ty, certainement l’un des personnages les plus difficiles à cerner que j’aurais découvert. Tout nous laisse à croire qu’il faut se méfier de sa personne, de chacun de ses actes, et ceux dès les premières pages du roman. Seulement au fil des pages ce dernier s’ouvre davantage mais garde une part de mystère qui intrigue Gemma, comme nous, lecteurs. A la fois tendre puis strict et impulsif, on a une certaine difficulté à comprendre ces actes. Il a une si belle vision de la vie, certes originale, mais si différente et intéressante que malgré toute la volonté du monde pour continuer à le haïr, on ne peut s’empêcher de s’intéresser un tant soit peu à lui. Je me détestais d’appréciais tant Ty alors que Gemma elle tenait tête. Et c’est ça qui est si plaisant dans ce livre : il n’y a aucune niaiserie. Gem’ à un fort caractère, je n’en révèlerais pas plus quant à elle sur la façon dont elle gère son enlèvement mais je peux au moins dire qu’il était appréciable que ce genre d’intrigue ne se déroule pas comme dans beaucoup d’autres romans. 

Je ne vous cache pas que l’on reste sur notre faim. Je pense que l’histoire devait se terminer ainsi, mais j’en ressors si frustrée. On m’a beaucoup trop vite arraché au désert d’Australie, à ces merveilles, à Ty et ses si belles paroles et en dépit du contexte dans lequel on s’est retrouvé embarqué aux côtés de Gemma dans cette immensité, on ne demande qu’à y retourner. 

Un thème qui est très peu abordé et pourtant intéressant de découvrir, surtout avec des protagonistes si forts. On ne sait plus comment considérer Ty : une menace ou simplement un jeune homme ayant besoin d’être aimé et qui ne demande qu’à partager cet endroit qu’il chéri tant ? Un roman plein d’émotions, une vraie perle avec une belle philosophie au fond.

"- La terre a ses chants, que les Aborigènes connaissent. D'ailleurs, j'en connais certains. Ils sont pareils à des cartes, ils montrent le chemin. Ils indiquent les repères dans le paysage. Il y a toute une musique du silence, la musique de la terre." (par Ty)

10 commentaires:

  1. J'ai lu ce livre il y a très longtemps mais je me souviens avoir adoré ! ♥
    Ravie de voir que tu l'as également aimé ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une histoire qu'il est difficile d'oublier! :)

      Supprimer
  2. Ce livre a l'air poignant! je note, merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu apprécieras autant que moi!

      Supprimer
  3. Ce livre me fait tellement envie! Mes amies avaient dû le lire pour un challenge littéraire entre "école" auquel j'ai aussi participé mais je n'ai pas eu l'occasion de le lire...
    En tout cas, tu reviens en force avec cette belle chronique! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu auras certainement d'autre occasion de te lancer, j'espère en tout cas !
      Aha merci, je vais essayer de garder le rythme :)

      Supprimer
  4. Ahhh il m'a toujours fait envie ! :D Contente qu'il t'ai plu :)

    RépondreSupprimer
  5. Merci de la découverte! Je ne connaissais pas du tout, maintenant il m'intrigue beaucoup!

    RépondreSupprimer
  6. Il faut absolument que je le lise :)

    RépondreSupprimer